Le Carton Rouge n°6: Ce petit enfoiré fier d’avoir fait un « blackout »

ndlr: Steeve l’espiègle continue l’espièglerie de la persuasion du clic par la présence de bonnes meufs en photos. Ici deux rombières allemandes prêtes à en découdre avec des choppes bien remplies.

carton-rouge_58319_w250

Steeve est passé sur le phénomène « étoile filante » neck-nomination parce que c’était tellement carton rouge qu’il n’y avait pas vraiment besoin de demander un recours à l’arbitre. Par contre, une phénomène sous-jacent, moteur de ce type de compétition, agit avec force chez les jeunes d’aujourd’hui: la fierté de se mettre la lourde, de beaucoup boire et de vomir sa purée Vico sur son conjoint.

Aujourd’hui, grande nouvelle, Steeve déclare les soldes du carton rouge ouvertes dans la boutique du Sociologue. Il adressera ainsi un triple carton rouge et tout cela pour le prix d’un. Alors elle est pas belle la vie?

1/ Le premier carton rouge s’adressera à ce type détestable qui, subrepticement, essaie de te faire comprendre qu’il boit plus que toi, alors que franchement on s’en branle à deux mains.

2/ Segundo (Steeve déteste ce mot), Steeve a décidé d’adresser deux virulents cartons rouges à ce keum et à cette nana qui prétendent avoir fait un « blackout » pour excuser leurs comportements tout à fait désastreux de la veille… Ou pire encore, lorsqu’ils le crient haut et fort pour s’en vanter en société. « Oh putain, ce que j’ai bu hier, c’est simple, JE NE ME SOUVIENS DE RIEN, black out total. Désolé« 

 

I) Cet enfoiré qui, plein de roublardise, essaie de te prouver qu’il a bu plus que toi.

« Ah non mais mec hier je me suis mis tellement lourd. Fin j’ai quasiment tombé une teille de Vodka tout seul tu vois.

– Oui fin pas vraiment tout seul. J’en ai pris aussi hin!

– Ouais fin je pense on peut pas trop comparer quoi. T’as pris quoi un verre, maximum deux verres? Fin perso pendant que tu discutais et draguais, moi je m’enquillais sévère. Je l’ai pas lâchée, et je peux te dire qu’elle est tombée avant moi. La LOURDE !! ».

Malgré plusieurs années d’études en sociologie, Steeve n’a toujours pas compris ce que cherchait cet ignoble individu. On devine que cet enfoiré désire paraître plus stylé ou plus charismatique en société. « Je tiens bien l’alcool, je bois beaucoup, j’ai un énorme sexe. ». Mais là où le bat blesse, c’est qu’il n’existe aucun théorème qui lie de façon durable et automatique la capacité à encaisser l’alcool et le niveau de charisme d’une personne ou encore son degré de cooline. En somme, cette prétendue recherche de la performance, louable dans le monde du sport ou encore dans les Arts (Cinéma, Musique) ne peut donc pas s’appliquer au jeune demoiseau qui picole. Cesse donc de te la péter grosse baltringue! Comme Steeve le déclarait déjà dans son article facebooook , beaucoup boire et se la raconter ne fait pas de lui un homme meilleur … seulement un homme plus soul… et plus con.

Le Tip’s de Steeve:  Quelle solution pour punir ce sale type? 

=> Lui foutre la mort en lui racontant que Bruno, un pote en commun, a bu deux teilles de whyski tout seul en moins de 30 min et qu’en somme, c’est la personne qui vous a le plus impressionné en terme de résistance à l’alcool.  Ahah il va pleurer avec ça. Lopette! Bien fait, dans ta gueule, petite baltringue présomptueuse!

 

II) Cet enfoiré qui souhaite légitimer ses erreurs de la veille par un hasardeux mensonge « mec j’ai tellement picolé hier soir, je ne me souviens de RIEN!’

Botellion August 2008 Zurich

« Bah non, je t’ai pas trompée chérie. Non non tkt j’aidais juste cette jeune femme, elle ne se sentait pas bien et il m’a semblé constater qu’elle ne respirait plus. Donc, en tout bien tout honneur et pour lui sauver la vie, je lui ai fait du bouche-à-bouche. Comment?? Oui c’est vrai je suis trop mignon… Et en effet quelque part, je suis vraiment un héros! » 

Georges-Michel se réveille la bouche pâteuse. Non l’alcool n’est pas la cause. C’est la perte de sa dignité qui lui assèche le gosier. Les souvenirs sont là, douloureux. Le monsieur, maqué, n’a eu de cesse de chiner tout ce qui bougeait: femmes à barbe, jolies femmes, animaux de compagnie. Pour parvenir à ses fins, cet enfoiré a usé d’inbox Facebook à ses contacts féminins « Chaude pour sortir ce soir? » , de textos « Tu es déjà partie :(? J’ai pas eu le droit à un bisou d’au revoir… :'(  » et de Snapshat « Non mais t’inquiete, je t’ai envoyée une photo de ma teub en érection avec en commentaire ‘je pense à toi’, mais c’était pour rire hin! Je sais bien que tu es la meilleure amie de ma meuf! ». Ses tentatives « Live » n’étaient guère plus classe ni plus subtile: « Corinne ça te dit on joue ‘Jte touche le cul dans la salle de bain’ c’est un jeu trop marrant où on est dans la salle de bain et on essaie de s’attraper une fesse… Comment? oui je sais que j’ai une copine mais on fait rien de mal! »

Alors le lendemain, pour éviter d’assumer ses bévues devant l’Olympe, le jeune enfoiré rejette la faute sur l’alcool. « Putain tu vois la dernière chose dont je me souviens c’est le début du before chez Bruno. Aucun souvenir d’être monté dans le taxi par exemple, franchement je sais même pas comment j’ai fait pour rentrer chez moi ». Bah si Steeve sait: en fait tu es simplement un énorme mytho, tu n’as jamais fait de blackout. Tu es rentré chez toi à pied, au moment où tu t’étais fait tej par toutes les meufs possibles et imaginables. Un échec cuisant qui a d’ailleurs atteint un point de non retour pour ta dignité lorsque tu as tenté, en vain, de coincer lamentablement la dame pipi de la boite de nuit à proximité d’un urinoir débordant.

La Séquence poétique de Steeve: A défaut d’être parvenu à ses fins, la dignité de ce monsieur, elle, est parvenue à sa fin.

 

III) Cette petite baltringue qui active l’excuse « blackout » pour ne pas avoir à assumer son comportement de petite SASA* du désert

*ndlr: SASA = petit diminutif affectueux pour désigner une petite salope 

 » Meuf franchement t’as trop abusé sérieux hier. T’as chauffé tous les mecs de la soirée.

– Oh non trop la honte, mais je t’assure je me souviens de rien. C’est pas de ma faute. »

Steeve s’est longtemps intérrogé à son sujet: Par quel genre de magie noire cette zouze peut-elle ne pas se souvenir d’avoir retiré son teeshirt et de s’être retrouvée à moitié à oil-pé devant une centaine de crevards sur la béquille? Crevards qui, à ce moment-là de la soirée, déclaraient à l’unisson « oh mais quelle salope. Franchement ça craint » mais qui, secrètement et un peu honteusement, espéraient se retrouver avec elle dans un coin sombre de la teuf pour envoyer une choppe sale sans avoir à se justifier de cet acte de pointu devant leurs potes (On reconnaît ici la fameuse stratégie du séducteur sous-marin « Ni vu ni connu »). En bref, avoir les hormones qui piquottent est une chose, mentir et ne pas assumer en est une autre.

La pire de toutes reste tout de même celle qui nie en bloc que vous l’ayez choppé la veille alors même que vous vous retrouvez dans un lit similaire dans une position qui laisse très peu de place à l’interrogation même pour les imaginaires débordants. Lorsque celle-ci se réveille et vous contemple vous et votre corps d’Apoilon tout frétillant dans son lit, elle pose une question aussi absurde qu’inutile « On s’est choppés hier? ». Genre non seulement vous l’avez salement choppée sur le dancefloor toute la soirée, mais vous lui avez également glissé quelques menues index sous la ceinture histoire d’assurer la transmission d’un message doux et sans équivoque: « J’ai un peu envie de te ken quand même« . Et lorsque vous acquiescez, ‘ouais un peu tkt c’était une choppe tout ce qu’il y a de plus mignon » et qu’elle vous répond « Ah non, putain j’étais trop bourrée, j’espère qu’on s’est pas trop tapés l’affiche. Je sais pas ce qui s’est passé..‘ », vous souriez en repensant au tonnerre d’applaudissements administré par une foule en délire au moment où vous tentiez de nettoyer son oesophage avec votre langue turgescente, tous les deux socialement bien en évidence sur le podium.

La Fourberie de Steeve: Comment faire en sorte que cela lui serve de leçon?

Ou L’Art d’être un enculé tout en passant pour un héros:

« Ah mais tu te souviens pas? Blackout c’est ça? Ma pauvre… En fait, y avait un ex-taulard du Nigéria qui était en train de te violer dans ton cul. La rumeur court qu’il a le Sida d’ailleurs pour pas trop te mettre de pression. Mais du coup je suis intervenu et je t’ai ramenée ici saine et sauve. Je te conseille d’aller te faire tester quand même on sait jamais. »

 

carton-rouge_58319_w250

La décision de Steeve est prise: C’est le Rouge Messieurs et  MaDame ! On ne veut plus revoir ce type de comportements en société. On peut se mettre la lourde, Steeve l’encourage, mais restons modeste !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


− 2 = quatre