Ces 3 euros que tu ne reverras jamais.

Steeve Bourdieu n’en finit plus de secouer les non dits en société, souvent synonymes de gênes ou de frustrations pour tout un chacun. Cette semaine, Steeve souhaite parler mangequignonerie. Dans la vie, il n’est pas rare de se sentir lésé voire même baisé :/. Par exemple, le hipster du bengale se sent triste lorsqu’il découvre une chanson qui lui plaît et qui a malencontreusement dépassé le millier de vues sur Youtube. Il est alors obligé de caler un « pouce rouge » et de rédiger un commentaire sournois « So February 2014 :s« . Pareillement, une chips Pringles est malheureuse lorsque personne n’a voulu la manger.

chips

Comme vous pouvez le constater, cette chips pringles est triste #viedechips.

Et que faire de cet enfoiré qui prend la dernière tarte au citron au restaurant universitaire alors que vous attendiez dans la queue comme un con depuis 15 minutes? Bref, Booba avait visé juste: la vie est parfois une chienne! Le pire c’est que souvent, vos propres amis sont responsables de votre malheur. On les connaît tous ces 3 euros qu’on « prête » ou qu’on « avance » pour un pote ou la collectivité et qu’on ne revoie que trop rarement. Au fond c’est pas grand chose, mais accumulé, ça fait aussi mal que de s’asseoir sur un porc-épic :'( (un porc qui pique lol). Steeve a donc passé en revue ces quelques situations où vous vous faites entuber par le système.

I) L’achat d’un shampooing collectif en vacances: L’histoire d’une créance qui se transforme en cadeau

dop

Un shampooing Dop Nature à l’Aloe Vera.

Vous êtes en weekend hors de France entre potos. Chacun a pris l’avion et – bien évidemment – chacun a omis consciencieusement d’emporter un shampooing car cela revenait à prendre un bagage en soute et ainsi à impacter négativement sa trésorerie personnelle. Aussi, les gays lurons réalisent-ils après leur première soirée qu’une douche à l’eau risque de constituer un parapet bien inefficace pour poncer le gras de leur cheveux. Dès lors, ces gigues iconoclastes nomment un responsable, vous, bon samaritain de surcroît, chargé d’acquérir le « Shampooing des vacances », ce gardefou d’une chevelure propre et responsable. 3,30 euros plus tard, vous ramenez ce saint graal du mulet propre et on vous accueille à juste titre en héros « Merci mon pote, mes cheveux commençaient à produire de l’huile d’olive » avoue un des amis, soulagé. Vous, ravi, d’avoir pu aider la communauté, restez évasif sur les modalités de remboursement et les taux d’intérêts liés à l’achat de ce Shampou: « C’est bon tkt on verra comment on s’arrange« . Le temps des vacances passe et cette créance se transforme petit à petit en cadeau, à l’insu de votre plein gré. Vous n’osez alors plus relancer la sérieuse affaire des 3,30 euros par peur de vous retrouver dans la position extrêmement inconfortable du radin du groupe. En effet, en insistant, vous, victime collatérale de la collectivité, risquez d’entrer dans un débat dans lequel vous aurez de toute évidence le mauvais rôle en étant obligé de justifier que 3.30 euros constitue une somme importante et qu’en somme vous n’êtes pas un enfoiré de radin (c’est toujours chiant quand on fait des gestes de pince et qu’on marche en crabe dans votre dos!).

La recommandation stratégique de Steeve: Laissez filer ces 3.30 euros et inscrivez vous dans un cours de sophrologie. Respirez bien profondément. Tentez de dédramatiser l’affaire: il y a des choses pires dans la vie, comme perdre… 4.30 euros par exemple. Cette perte sèche de 3.30 euros reste néanmoins un deuil. Il vous faudra passer par diverses étapes:

  • Etape1 – la Dévastation: « Pourquoi Moi ? Pourquoi d’horribles choses arrivent à des gens bons et honnêtes? ». Une partie du capital que vous aviez bâti s’est écroulé et ne reviendra pas, par injustice.
  • Etape 2 – le Sevrage: Mangequignonner plus pour récupérer plus vite cette perte. Tenter de moins consommer et de poser moins de ‘teilles en boite afin d’éponger petit à petit ce déficit.
  • Etape 3 – l’Intériorisation: En pleine crise d’identité, vous doutez de votre capacité à pardonner autrui (autrui = ceux qui vous ont fait du mal en exploitant ces 3.30 euros pour combattre l’hygiène approximative de leur chevelure exigeante).
  • Etape 4 – la Rage: Vous sublimez votre colère en la reportant sur ceux qui tentent de vous subtiliser votre thune par de vils moyens: votre banquier, ce fils de pute; votre proprio cet enfoiré; Le clochard dans le métro: « Vous n’auriez pas 1 euro ou 1 ticket restau d’une valeur faciale de 8 euro 40 ? » (cet escroc propose une échelle de contribution déconcertante pour t’embrouiller!). Bref l’amertume subsiste.
  • Etape 5 – le Relèvement: Vous reprenez enfin confiance en vous et en votre prochain. L’occasion de desserrer les pinces et de voir un avenir fait d’opportunités économiques et de bienveillance pécuniaire. Vous ré-envisagez de mettre de la sauce pesto dans vos pâtes leader price.

 

II) Le paiement du Taxi : L’enculade du supplément pour la personne assise devant

Il est minuit et des poussières. L’heure d’aller casser le dancefloor. La dernière bouteille de préchauffe vient de tomber au combat après un bel uppercut collectif. Timing parfait. Vous descendez dans la rue avec vos 3 potes souls et montez dans un taxi. L’ivresse vous fait sourire. Vous ne rechignez même pas à monter devant, vous êtes heureux comme un loire. C’est généralement à ce moment là que, candide, vous envoyez une petite conversation de jeune damoiseau rigolo avec le chauffeur de taxi « qui en a vu d’autres » et qui se délecte de tomber sur un type sympatoche dans votre genre. Le taxi s’arrête devant les Planches (séduction!). Les regards se tournent vers le compteur: 13 euros. Tout le monde donne 3 Euros. Jusqu’ici tout va bien. Soudain le chauffeur du taxi s’exclame ‘en fait il manque le surplus, vous êtes 4. ça fait 3 euros en plus« . Et là c’est le drame. Les 4 amis se lancent dans un jeu sanguinaire et sans pitié de celui qui fera semblant le plus longtemps de chercher sa thune en évitant d’être envahi par cette honte corrélée à la pression oculaire du chauffeur. Personne n’a envie de sortir sa main et d’en révéler les 3 euros manquants. Car ceux-là, croyez Steeve sur parole, vous ne les reverrez jamais… Les poches se transforment ainsi en véritables cavernes d’Ali Baba de plusieurs dizaines de mètre carrés où il paraît bien difficile d’y trouver sa thune:

poche 1

Voici l’apparence que prennent les poches des clients d’un taxi au moment de régler. Pas facile de trouver 3-4 euros avec de telles poches!

pince

Et maintenant, voici l’apparence que prennent les mains des Djeuns au moment de chercher leur thunes dans leurs poches énormes. Beaucoup de difficultés à récupérer des pièces avec ce type de mains.

Heureusement ou malheureusement (selon le point de vue), quelqu’un finit toujours par céder à la panique… Sa main spéléologue se libérant – bientôt avec regret – pour dévoiler publiquement une pièce de un euro et une pièce de deux euros. Ses amis, heureux comme des vers de terre à la campagne, réagissent immédiatement « c’est bon tu as tout ce qu’il faut? J’avais 30 centimes d’euros… Si tu veux je te les file… Non ça va?! Bon c’est cool, tkt on te paiera un verre 😉 « . En 5 ans d’expérience de teuf, Steeve n’a jamais vu quelqu’un tenir cette promesse.

taxi

Cette femme a perdu au jeu de mort subite: « Qui va craquer et sortir sa thune en 1er« ? La crispation de ses doigts au moment de lâcher sa thune ainsi que la passivité de son regard en disent long sur l’amertume de sa démarche. Ses potes, eux, sont déjà sortis et se délectent du fait qu’ils ne la rembourseront JAMAIS.

 

III) Les 3 euros qu’il manque (toujours) à l’addition au restaurant:

pourboire1

Contexte: Table de 15 personnes. Fin du repas. Les mangequignons ne prennent pas de café. On s’apprête à partir du restaurant.

« Mademoiselle l’addition s’il vous plait!

– Bien sûr je vous l’apporte tout de suite. Vous paierez séparément? Par cartes?

– Par cartes et par espèces. Oui séparément. Mille mercis ravissante gigue! »

Tout se passe bien. Le repas était bon. La serveuse était bonne. Tout est bien qui finit bien… jusqu’au moment toujours laborieux du paiement. La dernière personne qui paie est généralement honnête. Elle rapporte exactement ce qu’elle a commandé, sans s’aventurer dans un entubage hasardeux de son groupe de potes. Pour autant, la serveuse, étonnée et embêtée, déclare après le dernier paiement de la dernière personne de la table: « Je suis désolée mais il manque 3 euros 50« .  Pourquoi diable manque-t-il toujours de la thune à la fin quand on est nombreux à payer? Steeve a pensé à 3 théories explicatives:

  • 1) Soit la Serveuse est en fait une escroc qui tente de se faire de la thune sur votre dos. Personne ne revérifie jamais la somme payée au total. Probabilité 1% (Steeve a foi en l’humanité!).
  • 2) Soit vous avez un petit enfoiré de copain qui a payé moins que ce qu’il a consommé (« Oh comme c’est bizarre, j’ai malencontreusement oublié de régler la tarte au citron meringuée premium que je me suis envoyée en dessert »). Batard ! Probabilité 50%
  • 3) Soit c’est un roumain qui était sous la table et qui a mis le grappin sur une partie du butin. Probabilité 49%

rom

Ce roumain tente, incognito, de dérober un chaussuron (un « chausson chaussure ») à une cliente du restaurant.

Dans tous les cas, vous admettrez qu’il y a un étron dans le bol de ponch’. Steeve reste impuissant devant cette question des 3 euros… Ce dont il est toutefois convaincu, c’est qu’à nouveau la personne qui a payé ces quelques euros supplémentaires ne les reverra .. JAMAIS. Ainsi la règle d’or de Steeve: Ne jamais au grand jamais payer en dernier !!

 

IV) Enfin autre question subsidiaire: A partir de combien peut-on ne pas rembourser un pote?

D’après ses calculs, Steeve estime qu’on peut ne pas rembourser un pote et endormir une créance si celle-ci ne dépasse 6.75 euros (soit l’équivalent d’un combiné Muffin / Cheese Cake chez starbucks). Ce seuil psychologique, plus connu sous le nom de « Seuil du Menu Big Mac XL » a été découvert après enquête auprès d’un échantillon de 10 000 jeunes femmes et hommes en âge de procréer. Décryptage ci dessous grâce à un joli schéma tecnico-tactique de séducteur sociologue:

Capture d’écran 2014-04-06 à 17.40.54

 

Conclusion:

Steeve ne vous le cache pas, ces 3 euros vous foutent un peu la mort. Faut pas se voiler la face, c’est un peu comme si on vous prenait en levrette par surprise. ça peut exciter certain(e)s mais Steeve,lui, ça le rend furax! Après ce n’est pas un drame non plus. Si vous voulez les récupérer, vous pouvez toujours manger des pâtes leader price toute la semaine! Néanmoins, voici le conseil ultime de votre ami Steeve: N‘avancez  jamais une somme inférieure à 6.75 euros ! Vaut mieux être dans la position du débiteur retardataire que du créancier qui se fait escroquer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *